cinéma - Erika Navilles - journal création écriture

Comme au cinéma?

J’ai toujours adoré le cinéma, les fictions télévisées et les bonnes séries. Quand j’écris, c’est un film qui se déroule dans ma tête.

La structure générale de mes romans s’inspire de l’écriture cinématographique. Alternance de points de vue. Différentes temporalités.

Je conçois chaque chapitre autour d’une scène clé. Sans me soucier des ellipses éventuelles entre ces scènes.

J’envisage chaque paragraphe comme un gros plan sur un détail ou un large panorama. Ces plans représentent ce qui se passe dans la tête de mes personnages, ce qu’ils voient. Par un effet de caméra subjective.

Comme au cinéma, les émotions de mes personnages sont perçues de l’extérieur. Elles se comprennent par le jeu des acteurs. Mais aussi par le montage des scènes, les choix narratifs, la bande son. Et par les paysages qui reflètent parfois ce que ressent le personnage.

Contrairement au cinéma, toutes les sensations sont présentes. Pas uniquement le visuel et l’audio. Mon film est en cinq dimensions, comme les cinq sens.

« J’ai lu ce polar comme on regarde un film : j’ai imaginé chaque personnage, lieux, odeurs et bruits de feuillages… »

Florence

La lumière, sa variabilité au cours de la journée, le clair-obscur d’un paysage. Les sons, même les plus imperceptibles, comme le bruissement du vent dans les feuilles, un jappement lointain. Les parfums de la nature, les plats de mon enfance. Le contact de la peau avec les éléments, la sensation humide de la bruine, l’effleurement de la brise ou l’écorchement d’une écorce.

Mais inutile de décrire toutes les sensations dans le détail. J’aime laisser le lecteur imaginer à partir de sa bibliothèque intérieure… Qu’il ait imaginé au-delà de ce que j’avais en tête… Que ses propres souvenirs d’enfance envahissent sa lecture…

« L’écrivain a beaucoup plus de chance que le réalisateur de cinéma qui, dans la plupart des cas, est condamné à trop en montrer… »

Stephen King, Écriture : Mémoires d’un métier

Perdue dans les Bois-Noirs, un polar humaniste qui vous plonge au cœur de la forêt!

Lire les avis de lecteurs sur ce polar.

Abonnez-vous à la Newsletter. Contact. Erika Navilles | Facebook.

1 réflexion sur “Comme au cinéma?”

  1. Ping : Sensations - ERIKA NAVILLES

Les commentaires sont fermés.